Le vin est un symbole de civilisation et de mondialisation. Rouge ou blanc, son goût unique procure du plaisir et du bonheur aux amateurs. Mais, s’est-on déjà demandé d’où vient réellement le vin ? À quand remonte son histoire? On vous dit tout dans cet article !

Le vin et son origine

Bien que l’histoire du vin soit si ancienne, son origine n’est pas pour autant une énigme. En archéologie, la recherche des vestiges enfouis a permis de découvrir que les premières vignes ont poussé dans le Caucase (Géorgie actuelle), il y a plus de sept mille ans. On considère le Caucase comme étant le berceau de la vigne et de la viticulture.

En Égypte, des fresques représentants de scènes de vendange et de pressurage, vielles de plus de trois mille ans, prouvent bien que les Égyptiens élaboraient le vin et surtout le consommaient. Le vin n’était pas à cette époque à la portée de tout monde. Seuls les souverains pouvaient en consommer. On en trouvait également chez les pharaons, qui possédaient leurs propres vignes.

Dans la mythologie grecque, le dieu Dionysos est considéré comme le premier à avoir introduit le vin en Grèce. Ce sont donc les Égyptiens qui ont appris aux Grecs à cultiver la vigne. Les Romains désignent le dieu Dionysos par le nom de Bacchus, qui n’est rien d’autre que le dieu de la vigne, du vin et de ses excès, de la fête et de la folie.

L’Église, le vin et le Moyen-Âge

Par la suite, l’Empire romain fut le premier à introduire le vin en Gaule, dans un premier temps sur les rives de la Méditerranée. Ensuite, dans les régions les plus septentrionales d’Europe. Dès lors, vont naître les plus célèbres vignobles : la vallée du Rhône, le Bordelais au premier siècle, la Bourgogne et la Loire au second siècle et la Champagne au quatrième siècle. Des siècles après, l’Empire romain s’effondra, mais l’histoire du vin ne s’est pas arrêtée là.

L’Église prit la relève et joua un rôle essentiel dans la culture du vin et dans son élaboration, pendant tout le Moyen-Âge. Elle ne se contentait pas de produire du vin. Elle a largement étendu les surfaces viticoles et a participé à son amélioration. Cependant, tous ces efforts non pas seulement servis à produire un bon vin. Cela a largement contribué à commercialiser le vin partout en Europe, à cette époque. On ne consommait que du vin blanc à ce moment.

Le vin et la colonisation

Avec la colonisation, la vigne a connu une expansion fulgurante. Les traces de vignes retrouvées en Afrique du Sud dès 1659, ont prouvé que les premiers colons avaient implanté des vignes dans la province du Cap. On a retrouvé également les traces de vignes en Amérique du Sud, au milieu du XVIe siècle. On retrouvait déjà la vigne à l’état sauvage sur le continent nord-américain, plus précisément dans l’Est, qui est la Virginie actuelle.

Mais, c’est au XXe siècle que naît l’idée des vins issus d’un cépage unique. Le cépage est une variété de plants de vigne, utilisée pour produire du vin. Ce produit fera la célébrité du vignoble de l’Amérique du Nord.